Ce combat que les féministes doivent mener

Crédit illustration : YGRECK pour Riposte Laïque

Crédit illustration : YGRECK pour Riposte Laïque

Plusieurs fois, dans ce blog, j’ai dénoncé le double langage des féministes ou plutôt leur reniement. Leur complaisance avec l’islam est totalement incompatible avec la défense des droits des femmes, mais aveuglées par leur idéologie, elles piétinent leurs convictions.

Sur ce sujet, je redonne une nouvelle fois la parole à Lydia Guirous qui rebondit sur une récente décision de la Cour de justice de l’Union européenne.

La Cour de justice de l’Union européenne a rendu un arrêt selon lequel une entreprise peut interdire le port visible de signes religieux afin de conserver sa neutralité. La lutte contre le voile doit rester au coeur du débat public …

Lydia Guirous

Lydia Guirous

Souvent caricaturée et moquée par une gauchebien-pensante et par des islamophiles béats, l’opposition au voile doit pourtant être remise en permanence au coeur du débat public. Trois combats essentiels pour la pérennité de notre pays se cachent derrière cette question : le combat contre l’islam politique, le combat contre le prosélytisme religieux et pour l’unité de la République, et enfin le combat pour l’égalité homme-femme.

Aujourd’hui le voile est devenu l’étendard de l’islam politique qui gangrène progressivement la France. Son port ne relève pas de la liberté des femmes de confession musulmane mais de l’instrumentalisation de celles-ci par les salafistes et les Frères musulmans. Celles qui le portent de manière ostentatoire, notamment avec le jilbab, sont les marionnettes utiles d’une idéologie dont le but est la transformation culturelle des démocraties occidentales. Nourries au sein d’un sentiment de revanche postcoloniale, celles-ci défient effrontément notre regard pour trouver une place et une forme d’autonomie au sein d’une « communauté » patriarcale à la misogynie bien ancrée dans les mentalités, parfois même encouragée. Elles pensent être libres et, finalement, ne font qu’entretenir leur soumission.

L’islam politique utilise les femmes comme un cheval de Troie car il sait qu’il est très difficile dans notre société bien-pensante de mettre en cause une femme, et encore plus une petite fille. Il joue sur notre naïveté, alimentéepar la pensée unique qui ravage notre pays depuis la fin des années soixante. Interdire le voile aux filles les priverait de l’accès à l’instruction … C’est l’argument qu’il avançait déjà en 1989 lors de l’affaire des foulards islamiques de Creil et pourtant elles sont allées à l’école ! Leur interdire le voile les priverait de l’accès aux soins, de l’accès au marché du travail … Pendant combien de temps allons-nous accepter ce chantage et cette culpabilisation permanente de minorités qui ne nous respectent pas ?

femme-voilee-et-casquette

Se battre contre le voile, c’est également se battre pour la République, qui n’est pas, rappelons-le, l’addition de communautés. L’ambition française, c’est de vivre les uns avec les autres et non pas les uns contre les autres. La République n’est pas un compromis, c’est un principe, un chemin qui ne tolère aucun accommodement. C’est la raison pour laquelle nous ne pouvons pas cautionner le prosélytisme religieux en son sein, ni toute forme de communautarisme. Si l’idéal républicain venait un jour à disparaître, il y a gros à parier que ce serait à cause de nos lâchetés autour de la question du voile.

La femme n’a pas à se soustraire au regard des hommes
et à l’espace public au nom d’une religion dévoyée !

C’est le dernier mur que le combat féministe doit faire tomber. Le droit de vote, la contraception, l’IVG ont été obtenus de haute lutte par nos aînées. Aujourd’hui, 

  • être féministe, c’est avoir le courage de dire qu’une femme n’a pas à se soustraire au regard des hommes et à l’espace public au nom d’une religion dévoyée. 
  • Être féministe, c’est avoir le courage de dire qu’une petite fille française doit être protégée par la loi pour ne pas avoir à subir cette prison de tissu qu’est le voile. 
  • Être féministe, enfin, c’est d’abord mener des combats chez soi, dans son pays, avant de donner des leçons aux autres et de se réfugier dans le confort du relativisme culturel pour « ne pas stigmatiser ».

En ce début de siècle, la France doit accompagner l’aboutissement de la lutte pour l’émancipation des femmes dans le monde en luttant contre ce signe d’asservissement.

La France de Marianne doit être pionnière et montrer le chemin des Lumières.

Les femmes du monde la regardent !

Lydia Guirous pour Valeurs actuelles.

Lire en complément cet article paru dans Riposte laïque : « L’islam affirme sans rire qu’il est féministe ! »







 

Le service « pute-blic » de l’audiovisuel …

 

francois-fillon-l-embuscade

Oui, je sais, mon calembour  est très mauvais ! J’ai beaucoup cherché mais je n’ai pas pu trouver pire ! Il est très mauvais mais pas tout à fait à la hauteur du scandale qu’a été, hier soir, sur France 2, l’émission politique dont l’invité – pardon, l’accusé – était François Fillon. Du début à la fin de l’émission, c’est devant le tribunal de la chaîne aux mains du pouvoir socialiste, que François Fillon est comparu !

Saluons ici le courage la ténacité de cet homme qui semble pouvoir résister à tout !
A la collusion du pouvoir socialiste, des juges et des médias …  jusqu’à l’ignominie !

Je voudrais revenir sur quelques moments forts de l’émission …

David Pujadas, lui, n’a surpris personne, toujours égal à lui-même …

pujadas-salaudEn guise d’accueil à son invité, c’est un premier scud que Pujadas lui décoche « vous avez bien éteint votre téléphone, car on s’était aperçu que vous échangiez des sms pendant le premier débat des présidentielles« . Certes, un tout petit scud, mais qui serait suivi d’autres beaucoup plus offensifs.

Cela m’a rappelé le coup bas « dégueulasse » que le même Pujadas avait asséné à Nicolas Sarkozy lors d’un débat des primaires de la droite : « Nicolas Sarkozy, avez-vous, OUI ou NON, reçu de l’argent liquide [... ] de la Lybie ? » que j’avais rapporté dans cet article intitulé non sans pertinence : « Salaud !« . Décidément, ce Pujadas me fait toujours sortir de mes gonds !

Ce qu’on reprochera à Pujadas, bon petit soldat de la Socialie, c’est d’avoir, hier soir, mené une émission entièrement  à charge. Mais pouvait-on attendre autre chose après la reprise en main de l’audiovisuel public par le pouvoir socialiste (voir ce précédent article : France Télévisions sous contrôle de l’Elysée)

Même François Lenglet s’était mué en économiste marxiste …

J’avais cru comprendre que François Lenglet avait une coloration plutôt libérale, quand il critiquait la politique dépensière et inefficace de François Hollande. C’est à croire que le fait d’officier sur le service public vous transforme un homme au point de le pousser à caricaturer le programme économique de François Fillon à ce point.

francois-lenglet-economiste-marxiste

François Lenglet a touché le fond de la présentation très orientée du programme de François Fillon en montrant les effets sur 3 familles de contribuables des mesures fiscales proposées par le candidat de la droite. Cela appelle les remarques suivantes :

  • On imagine bien que les 3 cas de contribuables ont été choisis avec beaucoup de soin pour démontrer l’injustice sociale du programme,
  • Il aurait été plus honnête de situer ces propositions dans le contexte du choc fiscal sans précédent qu’ont subi précédemment les classes moyennes (exemple de la famille aisée) et les classes qui dispose d’un capital (famille fortunée).
  • Quand le balancier revient en arrière, n’est-il pas normal que cela favorise les classes qui ont été les plus frappées auparavant !
  • François Fillon a justement fait remarquer que sa priorité était la baisse du chômage par la relance de l’économie et que l’augmentation du pouvoir d’achat en découlerait naturellement.

Ce qu’a fait François Lenglet, est très grave. C’est de la pure démagogie ! Cela ne fera que conforter les français dans leur refus de faire des efforts pour sortir le pays du marasme du chômage. Le mal Français, c’est la priorité qui est donnée à la sauvegarde des acquis sociaux de ceux qui ont la chance d’avoir un emploi, au détriment de ceux qui n’en ont pas !

Fillon en visite … à la CGT !

fillon-chez-la-cgtLa visite de cette maison de retraite publique et médicalisée fut également un grand moment puisque 100 % des intervenants étaient opposés au programme de François Fillon.

On comprend très vite le contexte de la visite quand l’accompagnatrice de la visite déclare : « ce sont des aides-soignantes, des infirmières qui sont essentiellement au syndicat CGT« . Faute avouée …

Pourtant, chacun sait, que c’est l’application indifférenciée des 35 heures qui a complètement désorganisé l’hôpital. Le personnel des hôpitaux fait d’ailleurs plus que ces 35 heures et donc leur principal grief – l’impossibilité de faire 39 heures – ne semble pas justifié.

Mais on toucha le fond avec l’intervention de Christine Angot

Que venait faire cet écrivain alors que l’émission avait quitté le domaine des affaires pour traiter enfin du programme du candidat ? Quelle était la légitimité de cette femme qui, quelques semaines auparavant, avait lancé un appel pour que François Hollande revienne sur sa décision de ne pas se présenter.

Il était honteux pour France 2 de remettre le couvert sur les affaires au milieu de l »émission !
Voulait-on simplement casser la séquence sur l’économie où François Fillon est le plus à l’aise ?

christine-angot-le-visage-de-la-haine

Mais au final, on peut se demander si l’intervention de cette militante socialiste, par son outrance, n’a pas plutôt servi François Fillon. Voici un extrait du dialogue qui montre toute l’intolérance de cette femme :

- Christine Angot : « Pourquoi, les gens, alors ont un sentiment d’injustice ? »
- Pujadas :  « Peut-être la réponse de François Fillon ? »
- Christine Angot : « Non ! »
- Pujadas :  « Pour que ce soit un dialogue … »
- Christine Angot : « C’est pas un dialogue ! C’est pas un dialogue ! »
- François Fillon : « C’est rarement un dialogue avec madame Angot ! »

A la fin de l’orageuse confrontation, la pasionaria perdit ses nerfs et nous fit un monologue, type café du commerce :

- Quand je pense qu’il y a des gens qui le croient ! C’est dingue !
Non, c’est bon, là, j’ai rien à ajouter !
- Ça ne m’intéresse pas ! On peut pas parler avec des gens comme vous !
En fait vous avez une bonne tête, en fait ! Vous avez une bonne tête !

Mais, finalement, cette femme est plus bête que méchante, puisqu’elle a révélé, en toute fin d’intervention, pourquoi France 2 l’avait invitée :

- Vous savez pourquoi ils m’ont fait venir, c’est parce que, ce que je viens de vous dire, eux, ne peuvent pas vous le dire !

Bien sûr, il fallait un retour d’ascenseur du service public à la brillante intervention de madame Angot ! Ce fut chose faite quand Pujadas lui fit une pub gratuite :

- Et je précise, Christine Angot, que vous avez votre roman, un amour impossible, adapté au théâtre de l’Odéon, le 26 mars …

Tout ça est à vomir. Et en plus, c’est grâce à notre redevance !

Je n’évoque pas ici, la bombe qu’à larguée François Fillon en attaquant directement François Hollande et son cabinet noir, mis à jour par un livre qui sort ces jours-ci. Je lui consacrerai un article dédié.

Lire en complément ce billet de David Desgouilles paru dans Causeur.fr : « L’émission politique indigne du service public »

Regardez aussi cette vidéo où Yves Thréard du Figaro exécute Christine Angot :


François Fillon peut dire merci à Christine Angot par Europe1fr







Toute vérité (de droite) n’est pas bonne à dire !

toute-verite-de-droite-n-est-pas-bonne-a-dire

On apprend que le CSA vient de rappeler à l’ordre les responsables de TF1 pour des propos tenus, lors du JT de 13H du 10 novembre 2016, par Jean-Pierre Pernaut.

Les faits

Les propos de Jean-Pierre Pernaut

Le journaliste avait indiqué, à la suite d’un reportage sur les sans-abris et en transition avec le sujet suivant sur les migrants : « Voilà plus de places pour les sans-abris mais en même temps les centres pour migrants continuent à ouvrir partout en France ».

Le communiqué du CSA (source site du CSA)

L’article 9 de la convention conclue entre le Conseil et TF1 prévoit que « La société veille dans son programme (…) à respecter les différentes sensibilités politiques, culturelles et religieuses du public : à ne pas encourager des comportements discriminatoires en raison de la race, du sexe, de la religion ou de la nationalité : à promouvoir les valeurs d’intégration et de solidarité qui sont celles de la République (…) ».

Après examen de la séquence, le Conseil a regretté la formulation choisie par le journaliste, estimant que celle-ci était de nature à sous-entendre que les migrants seraient privilégiés par les autorités publiques par rapport aux personnes sans domicile fixe. Il a donc considéré que ces propos pouvaient encourager un comportement discriminatoire.

Le CSA a dès lors demandé aux responsables de TF1 de veiller, à l’avenir, à pleinement respecter les dispositions précitées de l’article 9 de sa convention.

En se concentrant sur les faits, que peut-on dire du sujet ?

Peut-on répondre, factuellement, à ces questions ?

  1. Manque-t-on, en France, de places pour abriter les sans-abris ? La réponse est oui !
  2. Construit-on des logements spécifiquement pour eux ? La réponse est non !
  3. Construit-on ou aménage-t-on, en France, des centres spécifiques pour loger les migrants ? La réponse est oui !

De ces réponses découle une conclusion factuelle qui n’est pas un jugement de valeur : la priorité du gouvernement est plus de loger les migrants que d’abriter nos SDF.

Quand la bien-pensance aboutit à la censure !

Même si on peut discuter de l’urgence d’accueillir les migrants comparée à celle d’aider nos SDF, on devrait avoir le droit, au moins, d’énoncer les faits … Et pourtant, Jean-Pierre Pernaut est jugé « coupable » d’avoir simplement rapproché deux états de fait. On reconnaitra que sa phrase, comme le dit le CSA est « de nature à sous-entendre que les migrants seraient privilégiés par les autorités publiques par rapport aux personnes sans domicile fixe. »

Ce qu’on reproche donc au journaliste, c’est d’avoir sous-entendu … une vérité clairement établie par les deux reportages de TF1. Dans ces conditions, on peut s’étonner que le CSA condamne ces propos  qui selon lui « pouvaient encourager un comportement discriminatoire. »

Mais, s’ils ciblaient quelqu’un, qui visaient les propos de Jean-Pierre Pernaut ?

Il est évident que le journaliste ne visait pas directement les migrants mais la politique du pouvoir socialiste et les priorités qu’il s’est données !

Avec de tels raisonnements, voici ce qu’il serait interdit de déclarer à la télévision :

  • La politique de l’excuse de Christiane Taubira encourage la délinquance : discrimination envers les délinquants !
  • Le mariage pour tous prive, de fait, des enfants de leur filiation naturelle :  discrimination envers les homosexuels !
  • Pour plus de justice, il faut faire converger tous les régimes de retraite :  discrimination envers les cheminots !
  • L’islam, comme les autres religions, doit se plier aux lois de la République :  discrimination envers les musulmans !
  • Il faut réduire les dépenses de l’Etat, en abaissant sa masse salariale :  discrimination envers les fonctionnaires !
  • Etc … etc …

Par contre, personne ne vous critiquera si vous déclarez

  • Le Front national n’est pas un parti comme un autre,
  • La droite, c’est le parti de l’argent et des inégalités sociales,
  • Les violences policières sont insupportables.
  • Etc … etc …

En France, cela devient irrespirable !

Cette bien-pensance omniprésente gangrène toutes les institutions au détriment de la liberté de parole, voire de la démocratie.

Les juges et certains organismes s’accaparent une part de plus en plus grande du pouvoir.

  • La Cour européenne des droits de l’homme nous fait la leçon et nous oblige à accepter des comportements contraires à nos lois (GPA),
  • Le Conseil constitutionnel (dont les membres sont nommés) interprète souvent abusivement la Constitution en s’opposant aux députés (démocratiquement élus).
  • La Justice se permet d’interférer gravement avec le processus électoral au mépris de l’usage de la trêve judiciaire,
  • Le CSA, dont les membres sont nommés en fonction de leur proximité politique au pouvoir, réécrit la morale selon la doxa socialiste.

Et tout ça, vous l’aurez remarqué va toujours dans le même sens … Cap tout à gauche !

Que deviendraient Jean-Jacques Rousseau ou Voltaire dans la France d’aujourd’hui ?

Nos anciens humoristes, Coluche, Jean Yanne et surtout Pierre Desproges, pourraient-ils aujourd’hui s’exprimer comme il y a dix ans ? Bien sûr que non !

Mais au final, que valent, aux yeux des citoyens, le jugement partisan du CSA ? Pas grand chose !







 

 

Où est donc passée la République ?

ou-est-donc-passee-la-republique

Une fois n’est pas coutume ! Ce matin, cet article sera purement musical ! Il s’agit d’une animation soutenue par un rap que son auteur, Gamal, m’a transmis dans un récent commentaire. Séduit par la qualité de l’animation et le talent de Gamal – pourtant le rap n’est pas ma tasse de thé -, j’ai eu envie d’en faire la promotion.

Dans ces colonnes, nous sommes nombreux à soutenir François Fillon, ou plutôt à soutenir son programme de redressement de la France. Mais cela ne nous empêche pas d’avoir un regard lucide et sévère sur certains comportements des hommes politiques.

Donc, accrochez-vous, car ça va tanguer !

Pour en savoir plus sur Gamal et son label Game G music, c’est par là !







Parlez-vous le Macron ?

macron-et-la-langue-de-bois

Je relaye ce matin un article trouvé sur le site « Là-bas si j’y suis« . Il reprend un schéma bien connu illustrant la langue de bois propre aux énarques.

Il est judicieux de rapprocher ce schéma de la façon de parler d’Emmanuel Macron, qui est un remarquable enfumeur ! D’ailleurs, durant le premier débat de la présidentielle, le flou du candidat des médias avait été justement pointé par Marine Le Pen qui avait déclaré : « Monsieur Macron, vous venez de parler pendant 7 minutes, et je suis totalement incapable de résumer ce que vous avez dit … »

Voici ce fameux schéma :

langue-de-bois

Non seulement, Emmanuel Macron utilise en permanence ce langage qui reste volontairement dans les généralités, sans jamais trancher nettement, mais il prend soin de naviguer à la godille pour ménager ses soutiens de gauche (nombreux) et de droite (plus rares). Alba Ventura, sur RTL, avait parfaitement mis Macron devant cette stratégie démagogique (voir ce précédent article : « Emmanuel Macron : « Monsieur Et en même temps … »« )

Extraits :

Alba Ventura : Vous savez comment on vous surnomme, monsieur Emmanuel Macron ? On vous surnomme : monsieur « et en même temps » !

  • Vous vouliez supprimer l’ISF, et en même temps, vous avez préféré le garder, dans une version rénové, c’est à dire taxer uniquement l’immobilier …
  • Vous vouliez supprimer les 35 heures, et en même temps, vous vous êtes dit qu’il valait mieux rechercher des accords d’entreprises …
  • Vous disiez vouloir préparer une réforme de la fonction publique et vous attaquer au statut des fonctionnaires, et en même temps, vous avez décidé de ne pas vous attaquer à ce statut mais de seulement le moderniser ! C’était sûrement de la nitroglycérine !
  • Sur Notre-Dame des Landes, vous avez dit qu’il y avait eu un référendum, qu’il fallait le respecter, et en même temps, vous avez quand même proposé de nommer un médiateur …
  • Sur la colonisation vous avez parlé de crime contre l’humanité, et en même temps, vous avez réfléchi et vous avez parlé plutôt de crime contre l’humain … Sans doute des deux côtés, et vous avez même admis des côtés positifs dans la colonisation.
  • Vous avez jugé que les anti-mariage homosexuel avaient été humiliés, et en même temps, vous avez estimé que l’humiliation avait été aussi du côté des homosexuels.
  • Et sur la peopolisation, vous avez déclaré que vous aviez fait une erreur de vous exposer avec votre épouse, et en même temps, vous avez continué à vous prêter au jeu …

Edifiant, non ?







Fillon – Le Roux , un cheval – une alouette

affaires-fillon-le-roux-un-cheval-une-alouette

Le « pâté de cheval et d’alouette » : il s’agit d’une expression allégorique fondée sur la disproportion qu’il peut y avoir entre un cheval et une alouette. C’est l’image qui m’est venue, ce matin, en voyant les journalistes se jeter comme des crève-la-faim sur l’affaire Bruno Le Roux !

Mais attention, ne croyez pas qu’ils aient lâché la proie pour l’ombre. Ils ont immédiatement exploité cette affaire, non pas pour renvoyer la droite et la gauche dos dos, mais pour renforcer les attaques contre François Fillon !

Avec deux arguments qu’ils jugent imparables :

  • Vous voyez bien que la justice est indépendante !
  • Bruno Le Roux, lui, s’est retiré immédiatement !

1 – La justice serait donc indépendante !

Tout d’abord, une petite réflexion liminaire :

Je me fous que la justice soit indépendante, ce que je veux c’est qu’elle soit impartiale !

Et quand la gauche est au pouvoir, elle n’a pas tellement besoin de peser sur la justice qui, naturellement, penche déjà à gauche !

Il était impensable, après deux mois d’acharnement judiciaire et médiatique contre le candidat de la droite, que le parquet national financier n’ouvre pas – et n’ouvre pas très vite – une enquête sur les agissements d’un proche de François Hollande, Bruno Le Roux, parachuté place Beauvau, pour services rendus à la présidence du groupe socialiste à l’Assemblée nationale.

Le fait d’avoir utilisé des adolescentes – occupées par ailleurs par des stages ou des études en classe prépa – rend son cas beaucoup plus difficile à défendre que celui de Pénélope Fillon qui parait avoir toutes les qualités et les compétences requises pour assurer les fonctions d’assistant parlementaire.

Donc, l’enquête devait forcément être ouverte pour priver la droite d’un argument décisif. Dont acte ! Il restera à suivre la suite qui sera donnée à cette affaire … Et ainsi, à bon compte, le pouvoir socialiste croit se refaire une virginité dans le respect de l’indépendance de la justice !

Evidemment les journalistes se sont engouffrés dans la brèche, complaisamment ouverte par Hollande. Dès ce matin, Elisabeth Martichou, développait, face à Bruno Retailleau, cet argument :

« La démission de Bruno Le Roux renvoie au maintien, coûte que coûte, de votre candidat à l’Elysée, malgré les affaires qui le poursuivent ! En tout cas, François Fillon ne peut plus jouer la victime de de la rapidité de la justice ! La justice, elle est aussi rapide pour les uns que pour les autres !

C’est un argument qu’il a beaucoup brandi ! Là, c’est un argument qui tombe !« 

Pendant que la journaliste se conforte, à bon compte, sur le fait qu’elle est dans son bon droit de s’acharner sur François Fillon, elle oublie de s’intéresser à l’inertie que met la justice à traiter les questions à propos d’Emmanuel Macron.

Oui mais voilà, Emmanuel Macron est candidat à l’élection présidentielle,
un des candidats de gauche et, qui plus est, le candidat des médias !

Vous pouvez voir ici la vidéo de l’interview de Bruno Retailleau par Elisabeth Martichou.

Par ailleurs, l’affaire Bruno Le Roux était à peine connue, que de nouvelles révélations contre François Fillon étaient publiées. Dénonçons une nouvelle fois, la forfaiture des enquêteurs et/ou des magistrats qui ont, une nouvelle fois, fait fuiter des informations concernant l’enquête contre François Fillon !

Quelqu’un peut-il aujourd’hui, de bonne foi, ne pas croire à un acharnement médiatico-judiciaire ?

2 – Bruno Le Roux, lui, s’est retiré immédiatement !

Pour en revenir à l’image du pâté de cheval et d’alouette, les enjeux dans les affaires respectives Fillon et Le Roux sont sans commune mesure !

  • D’un côté, ce qui est en jeu, c’est le candidat de la droite et du centre dûment validé, lors des primaires, par 4,5 millions de Français, dont, jour après jour, on tente d’empêcher la victoire promise il y a deux mois !
  • De l’autre, on a un tout petit monsieur nommé à la tête du ministère de l’intérieur par pur copinage. Quelle sera la conséquence du limogeage de Bruno Le Roux, déguisé en démission ? Elle sera nulle !

La démission de Bruno Le Roux n’aura aucune conséquence pour le pays. Il servira juste de fusible bien commode au pouvoir socialiste. Par contre, le retrait volontaire de la candidature François Fillon aurait eu des conséquences bien plus graves au niveau national. Il aurait privé les Français, et surtout le peuple de droite, du candidat dont le programme est propre à relever la France. Ce retrait n’aurait laissé aux Français que le choix entre l’aventure du Front national et la reconduite du quinquennat calamiteux de Hollande.

En conclusion …

Tout est utilisé par la presse pour détruire le candidat de la droite. Même les malversations détectées dans l’autre camp sont immédiatement instrumentalisées et retournées contre François Fillon.

Si les socialistes et leur presse réussissent leur coup, le pays va se réveiller avec une gigantesque gueule de bois et une colère sourde du peuple de droite.

La France a-t-elle besoin d’un tel climat pour tenter de se relever ?







Arno Klarsfeld: « Pourquoi Fillon va gagner »

Crédit photo : afp.com/FRANCOIS NASCIMBENI

Crédit photo : afp.com/FRANCOIS NASCIMBENI

Faisant suite à un précédent article : « Pourquoi et comment Fillon peut encore gagner …« , voici un article d’Arno Klarsfeld, paru dans l’Express, qui lui est encore plus affirmatif. Cet article a été écrit il y a un mois, et il est intéressant de noter qu’Arno Klarsfeld, avocat de profession, a fait une légère erreur en écrivant, à l’époque : « Ainsi ne pouvant selon moi être mis en examen ... ».

Comme quoi la justice socialiste est imprévisible ! Même pour un connaisseur en la matière !

J’en suis conscient, c’est un peu la méthode Coué que j’applique en rapportant cet article. Mais, il faut bien garder le moral, envers et contre tout et tous !

Selon l’avocat Arno Klarsfeld, le candidat Les Républicains à la présidentielle ne peut pas perdre. Parce que juridiquement et moralement, il n’est pas pire que les autres. Et que pour le reste, il est meilleur.

Fillon va gagner parce qu’il a un projet solide et salvateur, une base déterminée et qu’il a face à lui Macron qui se cherche en cherchant la martingale et Le Pen qui précipiterait le pays dans un cataclysme économique, social et sans nul doute liberticide.

« Premier degré de coquinerie »

Arno Klarsfeld

Arno Klarsfeld

Beaucoup sont déçus que Fillon n’ait pas été tel qu’ils le voyaient ou tel qu’il se présentait… « Jusqu’à quel point vous sentez-vous la force d’être un coquin ? » fait demander Stendhal par M. Leuwen à Lucien quand ce dernier, sommé de prendre un état, préfère opter pour le bureau du ministre de la guerre au détriment du comptoir de son père. Puis de préciser: « Dans dix ans, vous saurez que Colbert, que Sully, que le cardinal de Richelieu, en un mot que tout ce qui a été homme politique s’est élevé au moins à ce premier degré de coquinerie. »

Mais Fillon a-t-il été un coquin ? Légalement, il ne l’a certainement pas été. La justice ne devrait pas avoir à se mêler des prérogatives d’un membre du parlement de décider comment il affecte l’enveloppe que lui accorde l’Etat pour remplir au mieux sa mission et se faire réélire. Après tout s’il n’en dispose pas efficacement, c’est sa réélection qui en pâtit. En plus de 35 ans de vie politique Fillon a exercé toutes les fonctions nationales, régionales et départementales et il n’a jamais été mêlé à un scandale de corruption ou de concussion. Et pourtant, combien de marchés publics ont du requérir sa signature. S’il avait été malhonnête, nous l’aurions appris depuis longtemps. Il n’est donc pas malhonnête.

Pas plus immoral qu’un autre

A-t-il été immoral ? Voici un débat vicié, celui de savoir si on peut gagner de l’argent moralement. Prenons par exemple un banquier d’affaire comme Macron: l’argent qu’il a gagné a-t-il été moral. Certainement pas. Un banquier d’affaires est une marieuse qui doit plaire aux banquiers principaux et aux clients. Il est une forme d’entremetteuse financièrement compétente. La banque prend en général 5 % sur le deal et l’associé en charge de l’affaire qui a su plaire au client prend sa commission sur les 5 % qui, lorsque le deal est de quelques centaines de millions d’euros, peut être considérable.

Etre à côté du robinet d’où coule l’argent et pouvoir prendre de larges gorgées, est-ce moral quand tant d’autres, tout aussi intelligents, sont si éloignés d’un point d’eau ? Gagner son argent par héritage n’est pas moral non plus. Un présentateur de TV vulgaire et millionnaire, ce n’est pas moral. Payer son coiffeur au salaire d’un ministre pour quelques retouches, ce n’est pas moral. Rien n’est moral dans le fait de gagner de l’argent, sinon celui qui en gagne peu tout en travaillant et travaille dur.

Donc, Fillon n’a pas été malhonnête et il n’a pas été plus immoral qu’un autre.

Ainsi ne pouvant selon moi être mis en examen et n’étant pas non plus moralement le pire du troupeau, il va gagner et gagner facilement.

Une faute historique

Macron n’est pas solide et on l’a vu encore avec sa déclaration d’Alger, où il a fait de la colonisation un crime contre l’humanité. Il est évident que durant la colonisation des massacres, des crimes, des exactions ont été commis, mais faire de la colonisation dans son ensemble un crime contre l’humanité est une faute juridique, historique et humaine.

macron-c-est-moi

C’est une faute historique parce que, ainsi que l’écrivait Fernand Braudel en 1963 à propos de la colonisation dans Le Monde actuel, « ce legs, aussi important qu’il paraisse parfois serait de peu d’utilité et éminemment périssable si les héritiers n’avaient aussi acquis au cours de la pénible épreuve de la colonisation de quoi leur en permettre aujourd’hui l’utilisation rationnelle. L’enseignement, un certain niveau de la technique, de l’hygiène, de la médecine, de l’administration publique, sont les meilleurs biens légués par les colonisateurs, la contrepartie positive aux destructions opérées par le contact européen dans les vieilles habitudes tribales, familiales, sociales sur lesquels reposaient toute l’organisation et la culture ».

Emmanuel Macron se calque ainsi sur une partie de l’idéologie qui transparait dans un grand nombre de manuels scolaires qui ont très longtemps vanté les mérités de la colonisation sans y déceler le moindre aspect négatif et qui, aujourd’hui, pour ce qui est du bilan de la colonisation, n’indiquent que rarement les aspects positifs que rappelait Fernand Braudel. Il n’est pas raisonnable de passer en un demi-siècle d’un panégyrique de la colonisation à son dénigrement total. Souvenons nous aussi du contexte social français à l’époque de la colonisation, de l’exploitation indigne du prolétariat: des enfants de dix ans travaillaient douze heures par jour, sans éducation, sans congés, sans couverture médicale.

Macron n’est pas un candidat solide

La déclaration de Macron est aussi une faute humaine envers les Juifs, les Tsiganes, les Arméniens, les Tutsis qui ont eu à subir des crimes contre l’Humanité dont l’ampleur est sans comparaison avec les crimes et exactions qui ont été commis dans les territoires qui ont été colonisés. C’est enfin une faute humaine parce qu’elle jette l’opprobre sur des centaines de milliers de Français qui ont vécu en Algérie et d’autres colonies, sans commettre le moindre crime et bien souvent en y apportant le bien.

Non, Emmanuel Macron n’est pas un candidat solide pour battre Fillon, même s’il faut lui rendre hommage entre autres choses pour sa défense de l’Europe et pour son combat contre l’extrême droite.

Quant à Le Pen, elle ne peut pas gagner. Le FN avait toutes les cartes en main aux régionales dans le sud et au nord pour remporter deux régions que presque tous lui donnaient acquises et elle a été battue. Si le FN, avec ses deux égéries, ne peut pas gagner en Paca et dans le Nord-Pas-de-Calais, il ne peut pas non plus remporter le France.

C’est à Fillon, avec ce constat simple, de persuader aussi un certain nombre d’électeurs tentés de voter FN au premier tour de voter plutôt pour lui. Sinon, ils risquent de se retrouver avec un Macron président de la République, qui est une continuation de l’actuel président, plus jeune mais tout aussi ambigu.

Arno Klarsfeld pour l’Express.

Nota : Arno Klarsfeld est avocat. Il a effectué plusieurs missions pour Nicolas Sarkozy quand ce dernier était président de la République.







 

Violences et cambriolages en hausse :
Vive l’impunité des délinquants !

Trop passionnés à s’acharner sur François Fillon, les médias font totalement l’impasse sur l’augmentation de la violence en France, sur fond de laxisme socialiste. C’est l’objet de la chronique du docteur Thierry-Ferjeux Michaud-Nérard que je vous propose ce matin :

violences-et-cambriolages

Le laxisme anarcho-libertaire de la gauche au pouvoir a toujours voulu confondre l’idéal prédateur des forts, les délinquants et criminels, avec « l’idéal complice anti-riches » des faibles, ceux de la gauche victimaire.

Lu sur le Salon Beige : « Le Figaro livre une carte des violences et des cambriolages, département par département, en 2016, ainsi qu’une carte des lieux où se produisent les infractions principales dans la capitale et sa banlieue. Près de 3,7 millions de crimes et délits enregistrés en France en 2016 par la police et la gendarmerie, dans un pays déjà durement éprouvé par le terrorisme. Les violences ont augmenté de 4 % et les atteintes aux biens stagnent à un niveau élevé. La Seine-Saint-Denis avec 18 agressions pour 1000 habitants est en tête du palmarès des crimes et délits. Elle est talonnée par Paris. Les Bouches-du-Rhône et les 30 de morts par armes à feu en 2016 affichent un taux de violence avec 11 faits pour 1000 habitants« .

Lu sur Le Figaro par Cerise Rochet : « Pourquoi le Rhône subit tant de cambriolages. Le département du Rhône obtient la première place au classement des départements les plus touchés par ce fléau. Avec près de 17.000 cambriolages depuis le 1er janvier dernier, soit environ 9,5 pour 1000 habitants, c’est le Rhône qui obtient la première place au classement des départements les plus touchés par ce fléau. Sans surprise. Le département a vu le nombre de cambriolages par habitant augmenter fortement depuis l’année 2013″.

« La France brûle » et le pays réel s’alarme des cambriolages par des spécialistes venus de l’Est. En France, « 2016 a été l’année des cambriolages contre les gens qui travaillent« . Les politiciens corrompus ont conseillé aux victimes de subir les cambriolages par « lamour et la compassion anti-discrimination«  ! Ce conseil suscite des interrogations sur la propagande compassionnelle pour aimer les méchants au lieu de les combattre. Le socialisme militant moral-bisounours de la LDH prône l’ouverture à l’autre pour lutter contre les ennemis de l’intérieur. Alors que l’autre ne veut que l’ouverture de vos maisons pour voler vos coffres à bijoux, car son devoir quasi-professionnel est de voler les gens pendant qu’ils sont absents au travail.

La France qui travaille est victime de la morale bisounours des organisations socialistes vouées à la cause de « lamour des ennemis« . Les organisations socialistes compassionnelles veulent nous faire croire que « lamour des ennemis » et que notre « ouverture aux autres » est notre façon socialiste de « vivre ensemble« .

Si odieux que soit le comportement des délinquants multirécidivistes, il paraît aussi incurable que l’est « la tyrannie de la bienveillance socialiste compassionnelle entretenue par la justice complice des mineurs« . La « tyrannie de la bienveillance socialiste » est fondée sur la haine des valeurs soi-disant « bourgeoises » et sur la « soumission de la société des gens honnêtes » par la prédation des gens sans défense qui travaillent.

violence-partout-justice-nulle-part

Les juges rouges d’obédience anarcho-libertaire sont les zélateurs du laxisme et du laisser-faire des sociétés socialistes. Qui aurait prédit que la « tyrannie de la bienveillance » serait une doctrine opposée à toute vraie justice et ferait que la plupart des délinquants multirécidivistes ne puissent jamais se corriger ?

Le résultat est la violence dans les quartiers où l’État-PS fait que les plus fragiles sont toujours plus abandonnés dans les zones urbaines de non-droit du fait de l’impunité maladive prônée par l’État-Providence.

C’est l’idéologie du laisser-faire, selon la doctrine libertaire de la justice socialiste en France, affaiblie et dominée par les controverses stériles des intellectuels des milieux libertaires, qui aboutit au laxisme. On a en France « tous les socialistes qui comptent parmi les plus intelligents et les plus honnêtes penseurs » en matière de laxisme et de non-Politique criminelle. C’est pourquoi, les résultats de la justice des mineurs entretiennent le sentiment d’impunité des délinquants multirécidivistes, ce qui les rend sûrement incurables.

Comment peut-on s’apitoyer sur ce destin politico-historique de la justice des mineurs intoxiquée par la psychologie socialiste de l’erreur ? La protection de l’enfance délinquante a été reniée par les fraternités qui naquirent entre les juges des enfants socialistes et les pseudo-psychanalystes qui se répandent dans les médias, en toute incompétence, et sur les plateaux de la désinformation continue de la télé-médiocrité.

Dans le contexte de la « tyrannie socialiste de la médiocrité« , il est impossible de développer des idées réalistes avec toute l’ampleur qu’elles mériteraient, pour une doctrine exhaustive sur le thème de la prévention de la délinquance. La criminologie critique propose une analyse « radicale » des dérives judiciaires de l’État-PS. La nature illusoire de la délinquance-abstraction a été soulignée. Elle repose sur le fait qu’un comportement délinquant très réel prend le caractère d’une « abstraction nommée délinquance » et d’une « objectivité illusoire ».

C’est là où résident toutes les « insuffisances avérées du système judiciaire« , ce qui justifie les juges qui ne font rien, ceux qui n’exécutent pas leur mission et ceux qui ne prennent pas leurs responsabilités. La nature illusoire de la délinquance-abstraction est la justification de la médiocrité de la justice des mineurs.

L’euphémisation de la délinquance par « l’abstraction dissimule toute trace de sa réalité fondamentale » par un système de préjugés pseudo-scientifiques, clos et rationnels en apparence, et faussement rigoureux.

Voilà pourquoi, en France, on a choisi de « lutter contre la délinquance« , mais « surtout pas contre les délinquants«  ! À quand la mise en œuvre réelle des peines et de la doctrine de la « tolérance ZÉRO » ?

Dr Thierry-Ferjeux Michaud-Nérard







Bruno Le Roux : l’arroseur arrosé

bruno-le-roux-l-arroseur-arrose

Le chevalier blanc Bruno Le Roux …

Le 25 janvier dernier, Bruno Le Roux, au micro de RTL avait déjà déclaré François Fillon coupable d’emploi fictif :

« Quand il y a une accusation, il faut qu’il y ait des explications. Va-t-on se satisfaire de celles qui ont été données de façon détournée ? »

« Ce n’était pas au porte-parole de s’exprimer mais à celui qui est mis en cause de dire la réalité des choses. Le temps doit être à l’explication sur quelque chose qui apparaît très très grave aux Français s’il n’y avait pas la réalité d’un véritable travail. »

« Je ne m’interroge pas, je lis l’article de presse qui dit lui même qu’il s’agit d’un emploi fictif. C’est une accusation grave surtout quand on veut accéder à la plus haute fonction dans notre République. »

… avait une tunique passablement souillée !

L’émission « Quotidien » de Yann Barthès, sur TMC, vient dé révéler les faits troublants suivants :

  • Lorsqu’il était député, Bruno Le Roux a employé deux de ses filles comme assistantes parlementaires,
  • Elles ont commencé leur travail à l’âge de … 15-16 ans !
  • Avec pas moins de … 24 contrats successifs !
  • Pour un total perçu de … 55 000 euros !

Des circonstances aggravantes ont été révélées puisque ces « travaux » se sont superposés à des stages en entreprise ou sur le temps universitaire. L’une de ses filles était en classe prépa et quand on connait la charge de travail et la pression que subissent les étudiants dans ces conditions, il est légitime de se demander si ces emplois d’assistantes parlementaires n’étaient pas purement et simplement … fictifs.

Les compétences de Pénélope Fillon doivent être mises
en regard avec celles d’une adolescente de 15 ou 16 ans !

L’affaire Bruno Le Roux appelle plusieurs questions :

  • Pourquoi cette affaire est-elle révélée par une émission de divertissement ?
  • Comment une affaire aussi similaire que celle de François Fillon a t-elle pu échapper aux fins limiers du Canard enchaîné ? De Mediapart, de Libération et du Monde ?
  • Le Parquet national financier n’avait mis que quelques heures à ouvrir une enquête après les révélations du Canard enchaîné sur Pénélope Fillon. Combien de jours, semaines ou mois mettra-t-il à en ouvrir une sur le ministre de l’intérieur ?

Les réponses sont dans les questions : le deux poids, deux mesures appliqué
systématiquement par le pouvoir socialiste et sa presse depuis mai 2012 !

affaire-bruno-le-roux-ou-etiez-vous

Ajout du 22 mars : je dois confesser une certaine naïveté concernant la réactivité du Pôle national. Il aurait été trop gros qu’il ne réagisse pas et c’est ce qu’il a fait donnant ainsi un nouvel argument-massue à la meute des journalistes accrochés aux basques de François Fillon : « Vous voyez bien que la justice est indépendante !« ?. Tiens ! Ça me donne l’idée d’un article !







 

SuperMakron, le sauveur du hollandisme à l’agonie

Cela faisait plusieurs semaines que le Docteur Thierry-Ferjeux MICHAUD-NÉRARD ne s’était pas exprimé dans ces colonnes ! Le voici de retour avec un nouveau personnage : SuperMakron !

super-makron

SuperMakron est un super-héros « vendu comme le plus connu des super-héros connus » au monde de l’industrie du mensonge. SuperMakron est une « invention des mystificateurs du Hollandisme à l’agonie ». SuperMakron représente à la façon Disneyland tout ce que peut être un super-héros, invulnérable et défiant la réalité, avec de grands pouvoirs de mystification toujours relayés par les oligarques milliardaires propriétaires des médias. C’est pourquoi « l’abominable vénalité des médias », celle de la télé de gauche, est la forme la plus grave de la maladie vénale des journaleux de l’anti-France. Avec BFMTV de Drahi, « SuperMakron atteint le rang d’icône de la mondialisation trans-politique et trans-culturelle » pour les idiots-utiles du PS à l’agonie.

SuperMakron est une invention de la « milliardisation heureuse » de la gauche caviar dans le fallacieux espoir de continuer à racketter la France ruinée et de contrer le peuple qui souffre dans monde réel ». C’est avec le soutien de « l’abominable vénalité de la presse », et de BFMTV de Drahi, que la presse de la caste politico-médiatique porte à bout de bras le candidat imaginaire de « En Marche ! »

SuperMakron vole au secours de Hollande et de la « veuve et de l’orphelin du Hollandisme à l’agonie ». SuperMakron apparaît pour la première fois quand le ministre de Bercy quittait Hollande, le locataire oisif de l’Élysée. SuperMakron a assitôt beaucoup de succès et il apparaît dans les journaux, à la une des magazines, sur toutes les radios, sur toutes les télévisions vénales des oligarques milliardaires.

Le super-héros de pacotille des médias de la « mondialisation heureuse » survole le monde réel. Avec le télé-bourrage de crâne de BFMTV, SuperMakron doit enraciner dans le peuple l’idée d’une légitimité socialiste de la mondialisation-milliardisation heureuse, au profit des oligarques au pouvoir.

Envoyé sur Terre depuis la planète MaKrypton, le petit Makron a été élevé par la puissante oligarchie des banquiers Kent, à Rothschild-ville. Devenu adulte, Clark-Makron défend la socialo-bobo-vérité profitable des oligarques en tant que la légitimation de la « mondialisation heureuse ». SuperMakron vient d’une planète extra-terrestre, MaKrypton, pour sauver la planète terre du Hollandisme à l’agonie.

Lorsque SuperMakron découvre ses super-pouvoirs à Bercy, il autorise aussitôt le rachat controversé de SFR par BFMTV-Drahi, le patron d’Altice Media qui le soutient forcément. SuperMakron garde ses superpouvoirs en secret et se crée « une double identité » pour protéger les sur-profits de sa famille adoptive. Il doit assurer la propagande de la mondialisation-milliardisation heureuse « aux mains des oligarques de la gauche caviar ».

SuperMakron, portant un « costume pas comme les prolos d’usine », veut faire en sorte qu’aucun lien ne soit trop visible avec les milliardaires mystificateurs du Hollandisme à l’agonie. SuperMakron bénéficie encore du plein soutien du Daily Planet, propriété de BFMTV-Drahi à Metropolis. C’est pourquoi il fait de nombreuses apparitions télévisées et dans tous les médias soumis. Sa force de mystification a tellement augmenté qu’il vole plus vite que la lumière, voyage dans le temps, dans d’autres mondes et d’autres galaxies toujours très profitables comme le « monde post-Rothschild de la mondialisation-milliardisation heureuse ».

Les Banksters mondialistes qui le supportent sont ceux qui tirent les ficelles de la campagne présidentielle. Émilie Defresne sur MPI : « On remarque que la galaxie Macron est incomplète puisque de nombreux ministres de Hollande y sont absents alors qu’ils soutiennent Macron ». Et de citer : « Notamment Jean-Marc Ayrault, Ségolène Royal, Myriam El Khomri, Jean-Yves Le Drian, Patrick Kanner, Jean-Marie Le Guen… Claude Bartolone, Bertrand Delanoé, Gérard Collomb… »  »Certains de ces soutiens ne sont pas officiels parce que Hollande, qui veut dissimuler le transfert du PS sur « En Marche » de Macron pour entretenir la fiction du « ni droite ni gauche » de Macron, a demandé aux ministres de ne pas afficher leur soutien à Macron. Macron est soutenu par le PS et par tout ce que compte la Gauche de plus mondialiste et de plus « friqué » et de plus cosmopolite, comme Attali, Minc, Bergé, Hue, etc. »

Thierry-Ferjeux MICHAUD-NÉRARD et « La Famille pour tous »